Nos Boursiers

Sélection des projets de recherche
Home / Nos Boursiers / Docteur Laurence THIELEMANS

Docteur Laurence THIELEMANS

Qualifications:
Research physician (pediatrician), PhD student 3rd year.
Diplôme de Master en Sciences psychologiques, finalité Neuropsychologie et développement cognitif; Université Libre de Bruxelles, Juin 2016.

Années bourse(s):
2015-2016, 2016-2017: "Bourse Docteur Olivier Engels" | 2017-2018, 2018-2019



Le projet

Neonatal Hyperbilirubinemia in a Marginalized Population on the Thai-Myanmar Border: A prospective birth cohort study. PhD Project.

Superviseurs du projet

Supervisor:
Pr. G. Casimir, Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola, Brussels University

Co-supervisors:
Pr. B. Van Overmeire – Neonatology, Erasme University, Brussels, Belgium
Pr. R. McGready - Shoklo Malaria Research Unit and Centre for Tropical Medicine and Global Health, Nuffield Department of Medicine, University of Oxford, United Kingdom.

Laboratoire ou Hôpital la majeure partie du projet se déroule

Université Libre de Bruxelles, Belgium


Objectif du projet

In order to known the true incidence of NH, have a better understanding of the main causes and the factors associated with NH timing in this population, a birth cohort study was set up. The information gathered by the study will help improve and adapt existing guidelines, help develop locally relevant protocols and make evidence-based recommendations on where and how available resources can be best directed to improve outcomes in NH. A secondary aim is the investigation of genetic factors in the development of severe NH. 3
A parallel study aims to assess the performances of the Bilistick System (a new, low cost, point of care device to measure serum bilirubin) .in a tropical limited-resource setting and to evaluate its usability when used by locally trained staff.


Résumé en français

Contexte: L’hyperbilirubinémie néonatale (HN) est fréquent partout dans le monde. Mais autant l’incidence que les conséquences de l’HN sont plus particulièrement élevées dans les pays en voie de développement (1,2). C’est l’une des causes les plus fréquentes de séquelles neurologiques à long terme dans les pays en voie de développement (5). La Shoklo Malaria Research Unit (SMRU) est un centre de recherche détaché de la faculté de médecine tropicale de Bangkok, basée à la frontière thaï-birmane. Le centre travaille en collaboration avec l’université d’Oxford (La « Mahidol-Oxford Research Unit»). En 2011 dans la clinique du centre de refugié de Maela, le taux d’admission pour cause d’HN était élevé (16%) avec 1.5% de cas mortels (3). Pour connaitre l’incidence réelle de l’HN, les facteurs de risques et les facteurs ayant une influence sur l’âge de l’enfant au moment du diagnostic, une étude de cohorte a été relaissée. Les données doivent maintenant être analysée afin d’élaboré un algorithme de prise en charge et ainsi diminuer les séquelles qui en découlent.
Le dépistage précoce à bas cout est également nécessaire, raison pour laquelle, une deuxième étude évalue l’utilisation d’un potentiel outil diagnostic (Bilistick) dans ce contexte.

Méthodes : Une cohorte prospective a été réalisée au sein de la population de réfugiés et migrants à la frontière thaï-birmane. A la naissance, l’enfant a été examiné et une série d’analyses ont été réalisées sur le sang de cordon. Des dosages de bilirubine ont été réalisés à intervalle régulier durant la première semaine de vie et tous les enfants de la cohorte ont suivis cliniquement (croissance, anémie) et évaluer neurologiquement jusque l’âge d’un an.

Discussion : La force de cette étude est le modèle prospectif de cohorte de naissance avec un suivi sur le long terme. Cela nous a permis de collecter toutes les données sur la grossesse et d’enrôler, grâce au suivi systématique du taux de bilirubine, tous les enfants développant une HN. L’étude et le suivi sont clôturés mais les résultats doivent encore être analysé et permettront de développer un système de dépistage et de suivi ; Ils permettront également d’aider à répartir au mieux les ressources disponibles. Les résultats de la deuxième étude sur le test diagnostic rapide du taux de bilirubine sérique doivent également encore être analysé.


Découvrez comment faire >